Le secteur touristique Vietnamien continue sa croissance en 2018

Posted by Reading Time: 6 minutes

Écrit par : Dezan Shira & Associates

Traduit par : Pamella Randriamilaza

Avec plus de 3 000 kilomètres de côtes, des plages de sable blanc, des villes dynamiques en croissance, des régions montagneuses et divers sites culturels et historiques, le secteur touristique vietnamien continue de figurer parmi les destinations touristiques connaissant la plus rapide croissance au monde, avec un chiffre d’affaires qui a atteint en 2018, 620 trillons de VND (26,75 milliards de dollars), chiffre en hausse de 110 milliards VND (4,75 milliards de dollars) par rapport à 2017.

Depuis 2010, le nombre de touristes internationaux a considérablement augmenté se multipliant par trois, passant de 5 millions à plus de 15 millions en 2018.

En 2018, les arrivées internationales au Vietnam ont atteint les 15,5 millions, soit une hausse de 2,7 millions par rapport à 2017, tandis que les arrivées de touristes nationaux ont progressé de 6,8 millions par rapport à 2017, pour atteindre environ 80 millions en 2018.

Par ailleurs, le nombre de visiteurs arrivant par voie aérienne a augmenté de 14,4% en 2018, tandis que le nombre d’arrivées par voie terrestre a augmenté de près de 60%. En revanche, celui par voie maritime a réduit de 16,8%.

Principales destinations

Le Vietnam, récemment nommé « meilleure destination en Asie » pour la première fois en 2018 au « World Travel Awards », offre une multitude d’options pour les touristes comme par exemple des visites historiques et culturelles, des visites en mer, du tourisme d’aventure, de l’écotourisme ou encore des vacances de luxe.

En 2018, la ville de Ho Chi Minh Ville était en tête de toutes les villes et provinces avec 36,5 millions de visiteurs dont 7,5 millions d’internationaux et 20 millions de nationaux. Hanoï, la capitale, a quant à elle attiré 28 millions de touristes dont 5,5 millions d’internationaux. Les deux villes ont aussi récemment figuré dans le top 10 des villes à croissance dynamique la plus forte au monde dans le JLL Short-Term City Momentum Index (CMI) de 2019.

Quang Ninh, une province de la côte Nord-Est a émergé comme l’une des nouvelles destinations en 2018 en attirant 12,5 millions de touristes dont 5,3 millions de visiteurs internationaux. De plus, Da Nang, une des plus grandes villes du Vietnam a quant à elle attiré 7,7 millions de touristes dont 3 millions de touristes étrangers.

Les autres destinations phares incluent Hoi An, un port de commerce historique bien préservé et Phu Quoc, la plus grande île du Vietnam.

Les touristes étrangers

En 2018, le nombre de visiteurs venant d’Asie a augmenté de 23,7 % comparé à 2017, ce qui amène à un nombre de touristes de 12,1 millions pour 2018.

Le nombre de touristes venant de Chine est majoritaire avec 4,96 millions, en augmentation de 23,9%, alors que le nombre de touristes sud-coréens a augmenté du plus fort taux avec 44,3%, soit une hausse de 3,48 millions comparé à 2017.

Les touristes européens et américains ont augmenté de respectivement, 3,1% et 10,6% c’est à dire de 2,1 millions et 903 800 touristes.

Les touristes australiens quant à eux, n’ont augmenté que de 4% en 2018 pour un total de 437 800 touristes alors que l’arrivée de touristes venant d’Afrique a enregistré une progression de 19,2% soit 42 800 touristes.

Seul le nombre de visiteurs provenant de deux pays montre un déclin en 2018. Le Cambodge et le Laos, tous deux pays frontaliers, enregistrent un déclin de respectivement 8,8% et 15,2%.

Les dépenses

Selon l’administration nationale vietnamienne du tourisme, les visiteurs étrangers dépensent en moyenne 900 dollars pour un séjour au Vietnam alors qu’ils dépensent en moyenne respectivement 1105, 1109 et 1565 dollars à Singapour, en Indonésie et en Thaïlande.

A la différence de Singapour et de la Malaisie, l’industrie touristique vietnamienne n’a pas été capable de développer ses infrastructures à la même cadence que la croissance rapide du secteur du tourisme et s’imposer d’elle-même comme une destination phare pour le shopping ou encore comme plaque tournante du monde de la nuit, ce qui a un impact considérable sur ses recettes engendrées.

La politique du gouvernement

Début 2011, le gouvernement vietnamien a annoncé la stratégie de développement du tourisme jusqu’à 2020, pour une « vision 2030 » avec pour objectif de développer le secteur du tourisme comme le centre névralgique de la croissance économique.

La stratégie du gouvernement s’inscrit dans la volonté de se concentrer sur la formation de professionnels, le développement du marché, le développement d’une image de marque, le développement des infrastructures ainsi que le développement de produits et de services du tourisme disposant de caractéristiques culturelles et locales.

Récemment, en 2017, le Premier ministre a approuvé la décision 1861 pour un programme de 30 Trillions de VND (1.32 milliards USD) afin de développer le tourisme et les infrastructures routières aux mêmes standards que les destinations touristiques majeures mentionnés dans le programme : « Strategy on Vietnam’s tourism development until 2020, vision to 2030 » Les provinces les plus défavorisées, qui sont des attractions majeures pour les touristes, en bénéficieront en priorité puisque la plupart de leurs budgets n’est pas en mesure de satisfaire les besoins en matière d’investissement pour le développement de l’infrastructure.

En parallèle de cette décision 1861, le gouvernement a aussi approuvé le déblocage d’un fonds de développement du tourisme de 300 milliards de VND (12.9 millions de dollars) pour des activités promotionnelles et afin d’évaluer la meilleure stratégie à adopter. 

En plus de la mise en place de ces fonds, le gouvernement a aussi allégé sa politique de visa en étendant celle existante à d’autres visiteurs autorisés de 46 pays dont la Chine, le Japon, la Corée du Sud, les Etats Unis, le Royaume-Uni et ainsi pouvoir entrer au Vietnam pour 30 jours avec un visa à entrée simple jusqu’en 2021.

Les challenges

Le nombre de touristes internationaux au Vietnam a triplé passant de 5 millions en 2010 à 15 millions en 2018. En dépit de cette rapide croissance, il reste des progrès à faire dans ce secteur en expansion qui est fréquemment contraint par des problèmes tels que l’infrastructure, les ressources humaines, la capacité aéroportuaire et l’image que le pays renvoie.

L’infrastructure

Pour s’assurer que le secteur du tourisme exploite tout son potentiel, le gouvernement a besoin de se concentrer sur le développement de l’infrastructure, ce qui inclut les aéroports et les hébergements. Les investissements dans les infrastructures aéroportuaires sont lentes comparés à ceux des pays voisins tels que la Thaïlande, la Malaisie ou Singapour, ce qui contraint les aéroports a opéré avec une capacité supérieure à leurs capacités d’origine.

De plus, presque tous les hôtels de Hanoï et de Ho Chi Minh Ville fonctionnent à pleine capacité alors que de nouvelles destinations comme Da Nang ou Phu Quoc ont un nombre limité de facilités d’hébergements pour répondre au nombre croissant de touristes.

La main d’œuvre

La productivité du travail dans le secteur du tourisme au Vietnam est de 77 millions de VND (3,297USD) par travailleur, ce qui est environ 40 à 45% de la productivité de la Thaïlande et de la Malaisie. Les Philippines sont le seul pays de la région avec une productivité légèrement plus faible que le Vietnam.

Le secteur du tourisme s’étant développé rapidement ces dernières années, la main d’œuvre qualifiée a été incapable de faire face au nombre croissant de touristes. Les écoles de tourisme au Vietnam satisfont seulement 60% de la demande du secteur, ce qui conduit à un manque cruel de main d’œuvre qualifiée.

Le pays a plus de 14800 guides internationaux et 8600 guides locaux dont la plupart ne sont basés que dans les destinations touristiques principales.

Le ratio entre le nombre de touristes et de guides au Vietnam est presque le double de la moyenne internationale.

La raison d’un tel manque de main d’œuvre qualifiée est la qualité de la formation. Après être diplômée, la majorité des professionnels du tourisme a encore besoin de réaliser des mois de formation pratique au sein des entreprises.

Le gouvernement a besoin de collaborer étroitement avec les employeurs, les formateurs et les experts de ce secteur afin de développer des formations qualifiantes plus en adéquation avec les pratiques de ce secteur international.

Les outils de formation doivent mettre l’accent sur la maîtrise des langues étrangères, le développement de compétences générales et techniques ainsi que du professionnalisme afin de répondre à la demande croissante des professionnels du tourisme.

Outre la main d’œuvre et les infrastructures, le gouvernement a aussi besoin de développer les produits touristiques, de mener des campagnes de marketing internationales et de se construire une image de marque afin d’augmenter son chiffre d’affaires.

Les dépenses effectuées au Vietnam continuent de figurer parmi les plus faibles de la région, à la différence de la Malaisie et de Singapour reconnus comme étant des destinations pour le shopping, les loisirs et le divertissement.

Le Vietnam a la possibilité de renouveler son image en tirant profit de son héritage culturel et historique ainsi que de sa diversité géographique dotée de paysages uniques.

Pour l’avenir 

En 2019, le pays espère attirer 103 millions de visiteurs dont 18 millions d’étrangers et 85 millions de touristes nationaux soit une augmentation de respectivement 15 et 6% comparé à 2018.

D’ici 2025, le gouvernement a pour objectif de générer à 45 milliards de dollars de recettes pour le secteur touristique, augmentant la contribution du secteur au PIB de plus de 10%, ainsi que la création directe et indirecte de plus de 6 millions d’emplois.

En se basant sur la trajectoire de la croissance, les objectifs semblent réalisables mais obligeraient le gouvernement à augmenter les fonds publics destinés aux infrastructures, à la qualité de la main d’œuvre, aux campagnes de marketing et à la promotion d’une nouvelle image du pays, ceci pour s’assurer que le secteur du tourisme exploite pleinement son potentiel.

 

A Propos de Nous

Asia Briefing Ltd. est une filiale de Dezan Shira & Associates. Dezan Shira est un cabinet spécialisé dans l’investissement direct à  l’étranger, fournissant à travers l’Asie des services de conseil juridique, fiscal et opérationnel, ainsi que des solutions en comptabilité, audit, et ressources humaines.

Vous pouvez nous contacter à frenchdesk@dezshira.com ou télécharger notre brochure ici.

Restez informés des dernières nouvelles concernant les investissements et le milieu des affaires en Asie en souscrivant à notre newsletter.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *